Tribunal Awards Over $1 Million in Moral and Punitive Damages

Québec (Comm. des droits de la personne) c. Coutu (No 2) (1995), 26 C.H.R.R. D/31 (T.D.P.Q.)

English: The Human Rights Commission has brought a claim against Mr. Coutu and companies under his control seeking $2,060,000 in moral and exemplary damages resulting from the exploitation and violation of the rights of residents of the Centre d'accueil Pavillon Saint-Théophile which occurred between January 1, 1984, and March 31, 1988.

Over a period of many years, until March 31, 1988, Pavillon Saint-Théophile administered a private nursing home with a permit issued by the health and Social Services Department of Quebec. The permit in question authorized Pavillon Saint-Théophile to operate a nursing home with eighty-eight residents. The residents were all handicapped and social welfare recipients.

In 1985 complaints were made regarding the operations and services being offered at Pavillon Saint-Théophile. In 1986 the Comité provincial des malades also lodged a complaint with the Quebec Human Rights Commission regarding (1) the use of the residents monthly benefits for personal expenses; (2) the residents unpaid work, and (3) the general living conditions and services at the centre. On March 31, 1988, the Health and Social Services Department placed the centre under trusteeship and suspended Mr. Coutu's operations. In June 1988, the Quebec Human Rights Commission resumed its investigation, which had been interrupted by certiorari proceedings before the Superior Court. On January 24, 1991, following its investigation, the Human Rights Commission concluded that the residents of Pavillon Saint-Théophile have been the victims of exploitation and proposed that measures be taken to provide redress.

The Quebec Charter of Human Rights and Freedoms recognizes that every person has a right to personal security, inviolability and freedom (s. 1); every person has a right to the safeguard of his dignity, honour and reputation (s. 4); every person has a right to privacy (s. 5) and a right to the peaceful enjoyment and free disposition of his property (s. 6) and every person has a right to full and equal recognition and exercise of his human rights without distinction, exclusion or preference based on handicap (s. 10). In addition, the Charter forbids all forms of exploitation aimed at the aged and the handicapped. The Tribunal finds that the legislation does not only address economic exploitation, but also concerns physical, psychological, and social or moral exploitation.

In response to one of the arguments raised by the respondents, the Tribunal finds that neither the status of the centre nor alleged budgetary constraints can in any manner justify the exploitation of handicapped residents in a centre. The Tribunal also rejects the respondents' arguments regarding the Commission's alleged inability to sue. From the outset, the Commission's investigation was aimed at all the companies under Mr. Coutu's control as well as Mr. Coutu himself, and the Commission therefore has the necessary capacity and standing to bring the present case before the Tribunal.

The evidence regarding the use of the residents' monthly social security benefits showed, for instance, that the monthly bills for goods and services such as haircuts, the purchase of clothing, of personal care products and films as well as bills for social activities and outings bore no relation to the costs actually incurred by the centre. As for the residents' forced labour, the evidence showed that Pavillon Saint-Théophile forced the residents to perform certain duties required for the operation of the institution without pay. The Tribunal finds that there was nothing to justify such exploitation. Even if one were to accept the argument that regular work brought certain advantages to the residents, this could not in anyway justify exploitation on the part of the employer who unscrupulously benefited from such labour without ever paying any form of remuneration.

The evidence also showed that staff members lacked the qualifications required to work in such a centre. Mr. Coutu showed a preference for individuals and employees whose only qualifications rested on family ties. The Tribunal also finds that the residents were subjected, on a daily basis, to behaviour and situations which violated their rights: staff members showed contempt and a lack of respect towards the residents; the residents were regularly treated as if they were children and often placed into humiliating situations which did not respect their right to privacy. The residents were deprived of their rights by outdated institutional practices that were put into place and tolerated by the administration. Moreover, the violation of the residents' rights by Mr. Coutu and the complaints under his control was both intentional and deliberate. The Tribunal rejects the argument that the residents or others consented to such treatment. There can be no consent or agreement with respect to exploitation.

The Tribunal finds, on the issue of prescription, that the claims against Entreprises Emelda Coutu, 116467 Canada and Fondation Jean Coutu were subject to the two-year prescription period generally applied in cases involving delictual liability. On the other had, the claims against Mr. Coutu, Pavillon Saint-Théophile and Centre récréatif J.C. were based on a failure to adhere to their contractual obligations which is governed by a thirty-year prescription period.

The Tribunal dismisses the arguments presented by the complaints regarding the suspension of prescription, finding that none of the parties involved were in a position which made it absolutely impossible for them to act at an earlier time. The last illegal act occurred on March 31, 1988, and the present suit was filed only at the end of August 1991. Consequently, the Tribunal finds that the claims against Entreprises Emelda Coutu, 116467 Canada and Fondation Jean Coutu were prescribed when the application was filed and the claims against these companies are therefore dismissed.

The Tribunal orders Jean Coutu, Centre d'accueil Pavillon Saint-Théophile Inc. and Centre récréatif J.C. pour déficients mentaux to pay the sum of $1,413,300 for moral damages suffered by the residents of Pavillon Saint-Théophile and the additional sum of $141,330 for punitive damages, with interest from the date of the present judgment and costs.

Français: La Commission des droits de la personne réclame de M. Coutu et des compagnies qu'il contrôle une indemnité de 2 060 000 $ en dommages moraux et dommages exemplaires en raison de l'exploitation et atteintes aux droits des résidents du Centre d'accueil Pavillon Saint-Théophile, entre le 1er janvier 1984 et le 31 mars 1988.

Depuis plusieurs années et jusqu'au 31 mars 1988, Pavillon Saint-Théophile administre un centre d'accueil privé en vertu d'un permis délivré par le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec. Le permis autorise Pavillon Saint-Théophile d'administrer un centre d'accueil d'hébergement pour quatre-vingt-huit bénéficiaires. Ils sont tous des personnes handicapées et prestataires d'aide sociale.

Dès 1985, des plaintes sont formulées contestant le fonctionnement du Pavillon Saint-Théophile. En 1986, le Comité provincial des malades adresse également une plainte à la Commission des droits de la personne concernant : 1) l'utilisation de l'allocation mensuelle des dépenses personnelles; 2) le travail non rémunéré des bénéficiaires et 3) les conditions de vie et soins imposés à ces derniers. Le 31 mars 1988, le ministère de la Santé place le Pavillon Saint-Théophile sous tutelle et met fin à l'administration de M. Coutu. En juin 1988, la Commission des droits de la personne reprend son enquête, suspendue temporairement à la suite d'une requête en évocation devant la Cour supérieure. Le 24 janvier 1991, la Commission conclut après enquête que les bénéficiaires ont fait l'objet d'exploitation et propose des mesures de redressement.

La Charte des droits et libertés de la personne prévoit que tout être humain a droit à la sûreté, l'intégrité et à la liberté de sa personne (art. 1); toute personne a droit à la sauvegarde de sa dignité, de son honneur et de sa réputation (art. 4); toute personne a droit au respect de sa vie privée (art. 5) et à la jouissance paisible et la libre dispositiions de ses biens (art. 6) et toute personne a droit à la reconnaissance et à l'exercice en pleine égalité des droits et liberté de la personne sans distinction fondée sur le handicap (art. 10). De plus, la Charte interdit toute forme d'exploitation visant les personnes âgées ou handicapées (art. 48, al. 1). Le Tribunal déclare que l'exploitation interdite n'est pas limitée à l'exploitation économique, elle peut être d'ordre physique, psychologique, social ou moral.

Le Tribunal affirme, en réponse à un des arguments soulevés par la défense, que ni le statut d'un centre d'accueil ni un manque de ressources, ni même des contraintes budgétaires ne peuvent justifier de quelque manière que ce soit une exploitation de bénéficiaires handicapés. Pour ce qui est de l'argument à l'effet que la Commission n'aurait pas la capacité de poursuivre M. Coutu et les compagnies autres que le Pavillon Saint-Théophile, le Tribunal rejette cet argument et conclut que depuis le début, l'enquête de la Commission visait toutes ces corporations ainsi que M. Coutu. Par conséquent, la Commission a la capacité voulue pour intenter le présent recours.

En ce qui concerne l'appropriation de l'allocation mensuelle des bénéficiaires, la preuve révèle entre autres que les charges établies pour les coupes de cheveux, l'achat de vêtements, de produits d'hygiène et de films et celles imposées pour les loisirs n'avaient aucune relation avec les coûts réellement encourus. En ce qui concerne le travail forcé des bénéficiaires, la preuve indique que le Pavillon Saint-Théophile faisait exécuter une partie du travail requis pour le fonctionnement du centre par les bénéficiaires. Selon la preuve, ce travail était obligatoire et sans rémunération. Le Tribunal conclut que rien ne justifiait une telle exploitation. Même les bénéfices d'un emploi régulier ne peuvent justifier l'exploitation par un employeur qui en profite impunément sans jamais verser de rémunération.

La preuve révèle également l'absence de qualifications du personnel. Monsieur Coutu a préféré retenir les services d'individus dont la qualité première était d'avoir un lien de parenté avec lui. Le Tribunal conclut également que les bénéficiaires vivaient des situations qui portaient atteinte quotidiennement à leur dignité. Le comportement verbal de certains employés témoigne d'un mépris et d'un manque de respect envers les bénéficiaires. L'infantilisation des bénéficiaires est également constatée. Le Tribunal conclut qu'on a imposé aux bénéficiaires des situations humiliantes et que l'on n'a pas respecté leur intimité. Les bénéficiaires ont vu leurs droits brimés de façon quotidienne par des pratiques institutionnelles désuètes mises en place et tolérées dans l'établissement. L'atteinte aux droits des bénéficiaires par M. Coutu et les compagnies dont il est le seul actionnaire, était voulue, consciente et délibérée. D'autre part, contrairement à ce qui a été allégué par la défense, on ne peut acquiescer à l'exploitation.

En ce qui concerne la prescription, le Tribunal conclut que la demande contre Entreprises Emelda Coutu, 116467 Canada et Fondation Jean Coutu est soumise à une prescription de deux ans parce qu'il s'agit d'un recours fondé sur le délit. En revanche, les dommages réclamés contre M. Coutu, Pavillon Saint-Théophile et Centre récréatif J.C. résultent d'une violation d'obligations contractuelles et le délai de prescription est de trente ans.

Le Tribunal conclut que ni la Commission des droits de la personne, ni le comité des bénéficiaires, ni le Curateur public, ni d'autres n'ont été dans l'impossibilité absolue en droit ou en fait d'agir. Par conséquent, l'argument relatif à la suspension de la prescription ne peut être retenue. Le dernier acte illégal s'est produit le 31 mars 1988 et la présente demande a seulement été déposée à la fin août 1991. Dans les circonstances, le Tribunal conclut que la demande contre Entreprises Emelda Coutu, 116467 Canada et Fondation Jean Coutu était prescrite et absolument éteinte lorsqu'elle a été intentée. La demande contre ces entreprises est donc rejetée.

Le Tribunal condamne solidairement Jean Coutu, Centre d'accueil Pavillon Saint-Théophile Inc. et Centre récréatif J.C. pour déficients mentaux à payer un montant total de 1 413 300 $ pour les dommages moraux subis par les bénéficiaires du Pavillon Saint-Théophile et la somme de 141 330 $ à titre de dommages exemplaires, avec intérêt depuis la date du présent jugement, le tout avec dépens.

This summary appears under: 
Donate Now Through CanadaHelps.org! Faire un don maintenant par CanadaHelps.org!

CHRR decisions are only available from Canadian Human Rights Reporter Inc.

CHRR decisions are not included in LawSource (Westlaw), Quicklaw (LexisNexis) or CanLII.